Pictos/ Picker/ White/ Small Created with Sketch. Pictos/ rondBleu Created with Sketch. Pictos/ rondBleu3 Created with Sketch. Pictos/ rondBleu2 Created with Sketch. Pictos/ Mois gratuit/ Big Created with Sketch. Pictos/ Facebook Created with Sketch. Fill 1 Created with Sketch. Pictos/ LinkedIn Created with Sketch. Group 39 Created with Sketch. Group Created with Sketch.

Michel Cymes avertit

Michel Cymes avertit : "Inquiétez-vous au plus tôt de vos troubles de l'audition"


La perte auditive peut commencer vers l’âge de cinquante ans. Le médecin Michel Cymes conseille de ne pas attendre pour consulter un médecin ORL, et si besoin se faire appareiller.

« Les troubles de l’audition, c’est comme tout le reste : si le traitement intervient tôt, les chances de préserver son ouïe et de rester en bonne santé sont meilleures. »

En France, nous comptons environ 6 millions de malentendants sans compter toutes les autres personnes qui ignorent encore leur trouble de l’audition.

« Je vous donne un élément chiffré qui concerne les plus de 45 ans : la moitié d’entre eux seulement ont déjà consulté un ORL pour leur audition, alors que tous (ou presque, 97%) ont fait vérifier leur vue chez un ophtalmo. »

 

Rien ne remplace le bilan d'un ORL


Diverses situations de la vie quotidienne peuvent vous alerter comme par exemple : vous êtes épuisé car vous avez eu du mal à suivre les conversations après un dîner au restaurant avec des amis, vous montez souvent le son de votre télévision.

Il faut passer un test auditif chez votre médecin ORL et il vous prescrira un appareillage si vous en avez besoin.

« Je vous conseille, si vous avez passé la cinquantaine, de lui rendre une petite visite, même si vous avez l’impression de bien entendre. L’enjeu va bien au-delà de votre capacité à entendre. Si vous laissez traîner les choses, vous risquez de vous isoler. Par ailleurs, quand on entend mal, l’oreille transmet moins de sons au cerveau qui, fatalement, est moins stimulé. Et un cerveau qui n’est pas stimulé est un cerveau qui se dégrade. Enfin parmi toutes les conséquences endurées par les personnes qui entendent mal, il en est une qui est assez inattendue. Figurez-vous qu’il suffit d’un déficit léger de 25 décibels pour que soit multiplié par trois le risque de chute. C’est une étude réalisée en 2012 par des scientifiques américains qui a abouti à cette conclusion. »

 

Source – Article RTL – juin 2018